•  

    Le Fauvisme (de 1900 à 1910)

     

    Georges Braque,  Paysage de la Ciotat  Kees Van Dongen, Femmes à la balustrade  Maurice De Vlaminck, Maisons à Chatou

     

    Peintres fauvistes :

    Albert Marquet, Alexis Mérodack-Jeanneau, André Derain, Auguste Chabaud, Charles Camoin, Emil Nolde, Emile-Othon Friesz, Ernst Ludwig Kirchner, Georges Braque, Georges Rouault, Henri Manguin, Henri Matisse, Jean Puy, Kees Van Dongen, Louis Valat, Maurice De Vlaminck, Maurice Marinot, Pierre Girieud, Pierre Laprade, Raoul Dufy, Vassily Kandisky, ...

     

    Le fauvisme est un courant de peinture du début du XXème siècle. Tiré d'une expression du journaliste Louis Vauxcelles, débuta historiquement à l'automne 1905, lors du Salon d'automne qui créa scandale, pour s'achever moins de dix ans plus tard, au début des années 1910. En fait, dès 1908, il est déjà à son crépuscule. Son influence marqua néanmoins tout l'art du XXème siècle,  notamment par la libération de la couleur. Le précurseur du fauvisme était Henri Matisse, mais d'autres artistes, comme André Derain, Maurice de Vlaminck ou encore Georges Braque en ont fait partie.

    Le fauvisme est caractérisé par l'audace et la nouveauté de ses recherches chromatiques. Les peintres avaient recours à de larges aplats de couleurs violentes, pures et vives, et revendiquaient un art fondé sur l'instinct. Ils séparaient la couleur de sa référence à l'objet afin d'accentuer l'expression et réagissaient de manière provocatrice contre les sensations visuelles et la douceur de l'impressionnisme. Matisse a dit : "Quand je mets un vert, ça ne veut pas dire de l'herbe ; quand je mets un bleu, ça ne veut pas dire le ciel" 

    Henri Matisse, Luxe, calme, et volupté

    Henri Matisse, Le bonheur de vivre

     

    Henri Matisse,

    Luxe, calme, et volupté,1904

    Henri Matisse,

    Le bonheur de vivre, 1905-1906

    Henri Matisse, Nature morte à la chocolatière

    Henri Matisse, La gitane

    Henri Matisse,

    Nature morte à la chocolatière, 1900-1902

    Henri Matisse,

    La gitane, 1905

       

    L'artiste est le pionnier d'un mouvement qui veut libérer les couleurs, les utiliser "jusqu' à la sauvagerie". De là vient le nom de ce nouveau mouvement : le "fauvisme". 

    La célèbre toile de Matisse "Luxe, calme, et volupté" est l'une des premières que l'on peut qualifier de "fauviste". Matisse utilise des couleurs pures, et peint par petites touches, à la manière de Van Gogh.

    Les recherches des impressionnistes, de Gauguin, de Cézanne et de Van Gogh avaient déjà préparé le terrain.

    Leurs tableaux sont une débauche de tons chauds et lumineux, parfois cernés de noir ou de bleu.Ces artistes accentuent les formes, abandonnent les ombres, travaillent dans l'épaisseur de la pâte.Le fauvisme rugit si fort qu'il influence d'autres mouvements en Europe. Avec eux, les chevaux deviennent violets, les arbres roses, les visages bariolés...

     

    Maurice De Vlaminck, Maisons à Chatou
    Maurice De Vlaminck, Le remorqueur sur la Seine

    Maurice De Vlaminck,

    Maisons à Chatou, 1904

    Maurice de Vlaminck,

    Le remorqueur sur la Seine, 1906

    André Derain, Port de Collioure, le cheval blanc
    André Derain, Pont de charing cross

    André Derain,

    Port de Collioure, le cheval blanc, 1905

    André Derain,

    Pont de Charing Cross, 1906

    Albert Marquet, Barques de pêcheurs
    Emile-Othon Friesz, Paysage de la Ciotat

    Albert Marquet,

    Barques de pêcheurs, 1906

    Emile-Othon Friesz,

    Paysage de la Ciotat, 1907

    Vassily Kandinsky, Paysage à la tour
    Henri Matisse, La danse

    Vassily Kandinsky,

    Paysage à la tour, 1908

    Henri Matisse,

    La danse, 1909-1910

     

     
     
     

    Les peintres du fauvisme sont avant tout des peintres de paysages, mais ils font aussi parfois des portraits ou des intérieurs, toujours avec beaucoup de couleurs...

     

    Kees Van Dongen, Dolly

    Kees Van Dongen, La danseuse en rouge

    Kees Van Dongen,

    Portrait de Dolly, 1911

    Kees Van Dongen,

    La danseuse en rouge, 1907

    Emil Nolde, Portrait du peintre Schmidt-Rottluff
    Jean Puy, Nu debout

    Emil Nolde,

    Portrait du peintre Schmidt-Rottluff, 1906

    Jean Puy,

    Nu debout, 1910

     

    André Derain, Les 2 péniches

     

    André Derain, La seine au Pecq

    André Derain,

    Les deux péniches, 1906

    André Derain,

    La seine au Pecq, 1904

    Ernst Ludwig Kirchner, La toilette - Femme au miroir

    Maurice Marinot, Femme lisant

    Ernst Ludwig Kirchner,

    La toilette - Femme au miroir, 1913-1920

    Maurice Marinot,

    Femme lisant, 1906

    Georges Braque, L'estaque

    Georges Braque,  Paysage à la Ciotat

    Georges Braque,

    L'estaque, 1906

    Georges Braque,  

    Paysage à la Ciotat, 1906

    Raoul Dufy, Les affiches à Trouville

    Maurice De Vlaminck, Les coteaux de Rueil

    Raoul Dufy,

    Les affiches à Trouville, 1906

    Maurice De Vlaminck,

    Les coteaux de Rueil, 1906

    André Derain, Paysage
    Charles Camoin, Fleurs et fruits

    André Derain,

    Paysage, 1906

    Charles Camoin,

    Fleurs et fruits, 1942

    Georges  Rouault,  Le Christ et les pêcheurs
    Kees Van Dongen, Femmes à la balustrade

    Georges  Rouault,  

    Le Christ et les pêcheurs, 1939

    Kees Van Dongen,

    Femmes à la balustrade, 1911

    Pierre Girieud, Paysage de Roussillon
    Pierre Girieud, Paysage d'Italie (Sienne)

    Pierre Girieud,

    Paysage de Roussillon, 1905

    Pierre Girieud,

    Paysage d'Italie (Sienne), 1907

    Henri Manguin, Baigneuse à cavalière
    Auguste Chabaud, Yvette ou la robe à carreaux

    Henri Manguin,

    Baigneuse à cavalière, 1905

    Auguste Chabaud,

    Yvette ou la robe à carreaux, 1907-1908

    Pierre Laprade, Jeune femme dans un jardin
    Raoul Dufy, Grand Orchestre

    Pierre Laprade,

    Jeune femme dans un jardin, 1907-1909

    Raoul Dufy,

    Grand Orchestre, 1936

    Alexis Mérodack-Jeanneau, La danseuse jaune
    Louis Valtat, Paysage du midi

    Alexis Mérodack-Jeanneau,

    La danseuse jaune, 1912

    Louis Valtat,

    Paysage du midi, 1902

    Ernst Ludwig Kirchner, Potsdamer Platz
    André Derain, L'italienne

    Ernst Ludwig Kirchner,

    Potsdamer Platz, 1914

    André Derain,

    L'italienne, 1913

    Ernst Ludwig Kirchner, Autoportrait avec modèle
     
     
     
    Kees Van Dongen, Maisons à Amsterdam

    Ernst Ludwig Kirchner,

    Autoportrait avec modèle, 1910-1926

    Kees Van Dongen,

    Maisons à Amsterdam, 1907

    Wassily Kandinsky, Automne à Murnau
    André Derain, Le phare de Collioure

    Wassily Kandinsky,

    Automne à Murnau, 1908

    André Derain,

    Le phare de Collioure, 1905

    Maurice De Vlaminck, L'aqueduc de Nogent-Sur-Marne
    Maurice De Vlaminck, Rue de village

    Maurice De Vlaminck,

    L'aqueduc de Nogent-Sur-Marne, 1910

    Maurice De Vlaminck,

    Rue de village, 1911-1912

    Raoul Dufy, Les pêcheurs
    Maurice De Vlaminck, Autoportrait

    Raoul Dufy,

    Les pêcheurs, 1907

    Maurice De Vlaminck,

    Autoportrait, 1911


    votre commentaire
  • Portrait Natalia

     

     

    Dessin au graphite (2011)

    Portrait de Natalia

    21 x 29.7


    votre commentaire
  •  

    Pas à pas : Portrait de Florent Pagny

     

    Matériel

    Pour ce portrait au graphite, j'utilise un bloc de feuilles à dessin, grammage 220 g/m2. Une gamme de crayons graphite du h au 9b. Un taille-crayon, des disques en coton pour estomper, une gomme malléable dîte "mie de pain" pour les nuances lumineuses ou une gomme pour effacer.

    Avantage du graphite : Il permet de réaliser un travail très précis pour un résultat très réaliste.

    Inconvénient : Il faut s'armer de patience, il se travaille couche après couche.

     

    Florent Pagny
    Florent Pagny
    Voici la photo que j'ai choisie. Elle n'est pas de très bonne qualité à l'agrandissement mais mon but n'est pas de faire une reproduction parfaite, mais juste un joli dessin.

    Je commence par définir les traits principaux  et les zones d'ombre et de lumière avec un crayon graphite 2h.

    Je le fais essentiellement à main levée et je me sers régulièrement d'une règle pour calculer les distances entre les éléments. On peut aussi se servir de la méthode des petits carreaux pour cette étape.

    Florent Pagny
    Florent Pagny
    Je commence le 1er oeil avec les crayons 3b et 6b, et j'appuie plus ou moins fort selon les contrastes. J'estompe un peu. Pour le travail des sourcils, je suis toujours le sens des poils. Puis, je travaille le 2ème oeil, de la même manière. Je me sert du crayon 2h pour les ridules des 2 yeux.
    Florent Pagny
    Florent Pagny
    Je commence les cheveux au crayon 6b, ce qui va m'aider à placer les ombres du front. Je suis le sens des cheveux et pour donner l'impression de matière, je tamponne avec une gomme mie de pain pour créer de petites zones plus lumineuse. Je gomme l'intérieur des mèches blondes. Je place les ombres du front et je m'attaque au nez avec les crayons 3b et 6b pour les zones les plus claires. J'estompe le tout pour uniformiser le teint et je me sert du 8b pour accentuer les zones plus foncée.
    Florent Pagny
    Florent Pagny
    Je commence la bouche et  la moustache au crayon 3b, en suivant bien le sens de la lumière sur les lèvres et le sens des poils. J'estompe le tout et je repasse un coup de 6b pour les zones plus sombres. Pour les endroits lumineux, je tamponne avec une gomme mie de pain.

    Je place les ombres autour de la bouche. Je me sers d'un crayon 3b que j'estompe bien, et je repasse sur les zones plus sombres avec un crayon 6b. Je m'attaque aux poils de la barbichette au crayon 6b bien taillé, puis j'estompe et je recommence avec le 3b et le 8b. Je commence à assombrir son pull au 8b.  

    Portrait Florent Pagny

    J'assombrie le pull et le contour de mon dessin au crayon 9b.

    Je retouche toutes les ombres au 9b et j'accentue les lumières et les mèches à la gomme mie de pain. .

    Le plus dur ce sont les poils ! Je retravaille le tout, poil par poil en estompant légèrement. J'utilise les crayons 6 et 8b.

    Je termine le menton et le cou.

    Voilà le dessin final avec les retouches et la finition.

     

    Portrait de Florent Pagny


    votre commentaire
  • Portrait Florent Pagny

     

     

     

    Dessin au graphite (2011)

    Portrait de Florent Pagny

    21 x 29.7

     


    votre commentaire
  •  

    Le Surréalisme (1924 - 1969)



    Max Ernst, Ubu imperator Victor Brauner, Loup-table Giorgio de Chirico, Apollinaire

     

    Artistes surréalistes :

    Peintres :  André Masson, Francis Picabia, Giorgio de Chirico, Joan Miro, Man Ray, Marc Chagall, Max Ernst, Oscar Dominguez, Paul Delvaux, René Magritte, Salvador Dali, Victor Brauner, Yves Tanguy,...

    Poêtes et écrivains : André Breton, Louis Aragon, Paul Eluard, Robert Desnos, Tristan Tzara,...
     
     
     
    Le surréalisme est un mouvement artistique qu'André Breton définit dans le premier Manifeste du Surréalisme comme un « automatisme psychique pur, par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale".
     
     
    Dans le Paris de lʼaprès-guerre (1918), un groupe dʼartistes et dʼécrivains, sous la direction du poète André Breton, engendre dʼétranges oeuvres imaginaires. En rébellion contre le monde quotidien rationnel, ils tirent leur inspiration de leurs rêves et de leur imagination dans le but de créer une réalité nouvelle, une "surréalité". Leur mouvement prend, grâce au MANIFESTE DU SURRÉALISME, en 1924, le nom de SURRÉALISTE.
     
     
    Le surréalisme se caractérise par une imagerie du bizarre et du surréel. Il relève également dʼun intérêt pour les mécanismes de lʼesprit, surtout de lʼinconscient, ébauchés par le psychanalyste Sigmund Freud. Selon lui, nos actions sont dirigées par nos pensées et nos désirs inconscients, dont nos rêves sont en partie révélateurs.
     
    Les surréalistes sont convaincus que "lʼinconscient" est la source du génie créateur, et emploient des procédés curieux pour le faire surgir. Beaucoup sʼessaient à"lʼautomatisme", cʼest-à-dire quʼils dessinent ou écrivent sans réfléchir, persuadés que ce sont leurs pensées inconscientes qui engendrent leurs dessins ou leurs textes. Ils adorent jouer avec la réalité comme le font nos rêves dans lesquels nous nous retrouvons souvent dans des situations absurdes, drôles ou cauchemardesques.
     
    Pour créer ce climat dʼétrangeté, les surréalistes aiment bien associer des objets insolites, et trouvent de la beauté et de la poésie dans des images inattendues. De nombreuses sculptures surréalistes montrent des associations dʼobjets improbables.
     
     

    Giorgio de Chirico, Hector et Andromaque

    Giorgio De Chirico,
     
    Hector et Andromaque, 1917
     
     
    Mais cʼest surtout par le biais de la peinture que les artistes surréalistes vont sʼexprimer. Dans son tableau Hector et Andromaque, Giorgio de Chirico représente ses deux personnages sur une étrange et immense scène de théâtre en plein air. On ne sait sʼils sont vivants (ils semblent sʼaimer), ou sʼils restent de simples mannequins de bois figés pour lʼéternité.
     
     
    Salvador Dali, Persistance de la mémoire
    Salvador Dali, Téléphone-Homard
    Salvador Dali,
     
    La persistance de la mémoire, 1931
     
    Salvador Dali,
     
    Téléphone-homard, 1936
     
    Lʼespagnol Salvador Dali est le plus célèbre des peintres surréalistes. Il a su créer les images les plus folles, un univers très personnel, avec une technique de peinture très réaliste. Dans son tableau "La persistance de la mémoire", il montre un paysage doré avec, au premier plan, des montres molles, et une créature fantasmagorique sur le sol. Trois des montres fondent, tandis que la quatrième est couverte de fourmis qui semblent la dévorer. Les montres, normalement dures et mécaniques, ne peuvent plus ici mesurer le cours du temps. Les falaises à lʼarrière-plan sont inspirées du lieu où Dali a grandi. Il semble que le titre fasse référence aux souvenirs de lʼartiste, effrayé par les fourmis lorsquʼil était enfant.
     
     
    René Magritte, Le modèle rouge
    René Magritte, Querelle des universaux
    René Magritte,
     
    Le modèle rouge, 1935

    René Magritte,

    Querelle des universaux, 1928

     
    Le belge René Magritte est un autre maître du surréalisme. Il peignait ses toiles dans son salon, sans modèle et se fiait à son imagination pour créer ses images. Son style est, comme Dali, assez réaliste, précis, mais plus simple. Magritte aimait faire des associations entre des objets qui pouvaient (ou non) avoir un rapport entre eux, ou bien détournait le sens de ces objets. Dans son tableau intitulé "Le modèle rouge", il joue non sans humour entre lʼobjet et le vivant, le cuir et la peau. On ne sait pas si ce sont des chaussures ou des pieds, ce sont les deux à la fois. On se demande également quelle est cette palissade de bois devant laquelle ils se trouvent. Les cailloux sur le sol ne nous gênent pas si lʼon voit des chaussures, mais deviennent douloureux si ce sont des pieds. Magritte, comme dʼautres surréalistes, aimait également nous égarer en choisissant des titres nʼayant rien à voir avec le contenu de ses tableaux, renforçant ainsi le sentiment dʼétrangeté, et la dimension énigmatique de ses oeuvres...
     
     
    Max Ernst, L'ange du foyer
    Max Ernst,
     
    Lʼange du foyer, 1937
     
     
    Lʼallemand Max Ernst fût lʼun des premiers peintres surréalistes. La créature étrange de "Lʼange du foyer" semble tout droit sortie dʼun cauchemar, mais en même temps, si elle semble effrayante, on peut avoir aussi lʼimpression quʼelle éclate de rire. Le tableau date de 1937, et Max Ernst voyait venir la catastrophe du Nazisme. Il a voulu opposer à Hitler son "monstre de lʼhumour", prêt à dévorer le monde. Max Ernst fût lʼun des peintres les plus inventifs du mouvement surréaliste, créant ses tableaux par grattages, frottages, jeux de hasard... Il a également réalisé beaucoup de collages ainsi que des sculptures.
     
     
    Max Ernst, Les deux soeurs Max Ernst, L'amoureux
    Max Ernst,
     
    Les deux soeurs (frottage et peinture), 1926
    Max Ernst,
     
    Lʼamoureux (collage), 1939
     
     
    Beaucoup dʼartistes du surréalisme étaient originaires des différents pays dʼEurope. Ils se sont tous retrouvés à Paris, capitale de lʼart dans lʼentre-deux-guerre. Comme les cubistes et tous les autres mouvements dits "dʼavant-garde", ils ont cherché à montrer le monde au delà de ce quʼils voyaient dans la réalité. Engagés socialement et politiquement, ils rejetaient tout ce qui pouvait symboliser toute autorité établie (armée, religion, puissances dʼargent ou politique...), préférant militer pour la liberté dʼexpression et le rêve, avec une véritable envie de changer le monde. Eclaté pendant la seconde guerre mondiale, le mouvement surréaliste cessa finalement dʼexister à la mort de son fondateur André Breton à la fin des années 60.
     
     
    Max Ernst, Ubu imperator

    Giorgio de Chirico, Apollinaire

    Max Ernst Brühl, 

    Ubu Imperator, 1923

    Giorgio De Chirico,

    Portrait prémonitoire de Guillaume Apollinaire, 1914

    Man Ray, Epreuve gélatino-argentique
    Yves Tanguy, La rêveuse

    Man Ray,

    Epreuve gélatino-argentique montée sur papier, 1924

    Yves Tangui,

    La rêveuse, 1927

    Victor Brauner, Loup-table

    Victor Brauner, Le chevalier de glace

    Victor Brauner,

    Loup-table, 1939-1947

    Victor Brauner,

    Le chevalier de glace, 1938

    Francis Picabia, Idyle
    Francis Picabia, Era

    Francis Picabia,

    Idyle, 1927

    Francis Picabia,

    Era, 1929

    Marc Chagall, Les trois bougies
    René Magritte, Le fils de l'homme

    Marc Chagall,

    Les Trois bougies, 1938-1940

    René Magritte,

    Le fils de l'homme, 1964

    André Masson, Femme attaquée par les oiseaux
    Oscar Dominguez, Le couple

    André Masson,

    Femme attaquée par les oiseaux, 1943

    Oscar Dominguez,

    Le couple, 1937

     

    Joan Miró, La sieste Joan Miro, Le carnaval d'Arlequin

    Joan Miró,

    La Sieste, 1925

    Joan Miró,

    Le carnaval d'Arlequin, 1925

    Salvador Dali, Lion Cheval, Dormeuses invisibles

    Salvador Dali, La tentation de St Antoine

    Salvador Dali,

    Lion, Cheval, Dormeuse invisibles, 1930

    Salvador Dali,

    La tentation de St Antoine, 1946

    Paul Delvaux, Le miroir
    André Masson, Dans la tour du sommeil

    Paul Delvaux,

    Le miroir, 1936

    André Masson,

    Dans la tour du sommeil, 1938

    Salvador Dali, L'oeil
    Marc Chagall, La mort

    Salvador Dali,

    L'oeil, 1945

    Marc Chagall,

    La mort, 1924

    Max Ernst, Castor et pollution
    Paul Delvaux, Le vigile

    Max Ernst,

    Castor et pollution, 1923

    Paul Delvaux,

    Le vigile, 1961

    Salvador Dali, Femmes couchées sur la plage

    Salvador Dali,

    Femmes couchées sur la plage, 1926


    votre commentaire